Les bonnes Questions

Lumières sur le « Locavorisme »

La conscience du responsable n’a pas fini de donner des idées ! De nombreuses nouvelles manières de consommer fleurissent dans les têtes et les assiettes. Après le commerce équitable et l’agriculture biologique, lumières sur… le locavorisme !

Un peu d’histoire

Cela ne vous dit peut être rien et pourtant ! Le mot locavore fait ses débuts dans l’« American Dictionary » en 2007, remportant même le prix du « mot de l’année ».

Une belle entrée en matière que l’on doit à l’américaine Jessica Prentice qui, pendant un mois a mis les habitants de San Francisco au défi : ne manger que des aliments situés à moins de 160km de leur maison.

Pari relevé puisque l’engouement des Américains pour cette nouvelle manière de consommer a traversé l’Atlantique pour s’implanter en Europe.

Devenir Locavore

Un locavore est donc quelqu’un qui se nourrie d’aliments produits localement, dans un rayon inférieur à 160km autour de son habitat. Ce principe ne s’applique pas seulement aux fruits et légumes mais peut également s’étendre aux viandes, produits laitiers et céréaliers. Les passionnés diront que c’est encore une zone trop élargie, détrompez-vous ! Cette distance est choisie de manière à renforcer la transparence du parcours des produits et donc diminuer leur impact sur l’environnement.

Pour les moins convaincus, voici plusieurs avantages de la consommation de proximité : une meilleure qualité des produits, un impact positif sur la santé et l’environnement, un lien privilégié avec l’agriculteur et la certitude de consommer des produits goûteux et de saison.

Bio sur toute la ligne n’est-ce pas ?

Bonneterre favorise le local

L’un des fers de lance de Bonneterre est de nouer des partenariats durables avec des artisans garants d’un savoir-faire et de recettes traditionnelles. Ce lien s’inscrit dans une relation de confiance vertueuse. Favoriser la fabrication locale est une des exigences les plus fortes de la marque. Ainsi, des partenariats sont tissés avec des petits producteurs locaux et des entreprises régionales: Cancoillotte de Franche Comté, Bleu d’Auvergne AOP, Financiers aux Amandes fabriqués dans la Creuse, Jambon de Bayonne IGP et bien d’autres encore.

Et si le locavorisme ne se limitait pas à être le mot de l’année mais la nouvelle consommation de demain ?

Lire aussi...

Notre lait de chèvre, on en fait tout un fromage !

Comment une nouvelle recette Bonneterre voit le jour ?

Pourquoi manger Bio ?